UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Lefèvre Pelletier & associés : un cabinet d’avocats français réalise son premier Bilan Carbone

Vie des cabinets
Outils
TAILLE DU TEXTE

Lefèvre Pelletier & associés est l’un des premiers cabinets français à réaliser son Bilan Carbone.

Lefèvre Pelletier & associés s’engage depuis plusieurs années à minimiser son empreinte écologique grâce à une sensibilisation en interne aux questions environnementales. Il est à présent l’un des premiers cabinets français à réaliser son Bilan Carbone.

« Le Bilan Carbone du cabinet Lefèvre Pelletier & associés est de 316 tonnes équivalent carbone, soit 1.158 tonnes équivalent CO2. Nos clients vont pouvoir l’utiliser pour optimiser leur propre Bilan Carbone au lieu de procéder à un calcul par défaut basé sur les honoraires facturés» déclare Véronique Lagarde, avocat associé responsable du pôle développement durable chez Lefèvre Pelletier & associés.

En effectuant ce Bilan Carbone, le cabinet s’est en effet aperçu qu’il y avait un écart de 1 à 4 entre le résultat réel et le résultat théorique par application du cœfficient par défaut. Il entend désormais indiquer sur son site internet, le cœfficient à utiliser lorsque ses clients voudront renseigner cet indicateur.

« Sur la base de ce premier résultat, nous avons mis en place un plan d’amélioration avec l’aide de notre partenaire, le Bureau Veritas. Notre objectif est d’atteindre à terme la neutralité carbone de nos prestations » poursuit Véronique Lagarde.

Le Bilan Carbone a permis d’identifier les postes les plus émissifs en CO2 au premier rang desquels les  déplacements vers les bureaux étrangers du cabinet, notamment vers les trois bureaux en Chine. Le cabinet a décidé en conséquence de mettre en place des systèmes de visio-conférence entre ses différents bureaux pour réduire ses déplacements.

Il a également lancé une campagne de limitation de ses déchets et notamment de sa consommation de papier en retirant 70 imprimantes individuelles. Elles ont été remplacées par des imprimantes groupées, lesquelles impriment recto-verso.

Cette démarche concerne également les prestataires du cabinet que ce dernier entend sélectionner sur des critères bien précis. A présent, lors des livraisons de fournitures, il est demandé aux fournisseurs de communiquer des informations telles que le lieu de départ des marchandises ou la nature essence ou diesel du fourgon. Cette démarche s’applique également aux agences de voyages prestataires du cabinet, a qui il a été communiqué un cahier des charges avec de nouveaux critères à remplir.

« Cette démarche est perçue au sein du cabinet comme intéressante et motivante pour la plupart des collaborateurs. Ils attendent avec intérêt d’en voir les résultats. Le plus important est de montrer qu’elle va s’inscrire dans la réalité et qu’elle n’est pas qu’un moyen de communication » indique Véronique Lagarde.