Les cabinets Ipside, Santarelli et Brevalex fusionnent pour créer Santarelli Group

Vie des cabinets
TAILLE DU TEXTE

Ce rapprochement représente la plus importante consolidation du marché français du conseil en propriété industrielle. La nouvelle entité regroupera les trois cabinets sous la marque ombrelle « Santarelli Group » et disposera d’une offre globale forte lui permettant d’être en première ligne dans la protection de l’innovation et plus généralement dans celle de la Propriété Industrielle.

Santarelli Group constituera un des acteurs majeurs du marché de la protection de la propriété intellectuelle en termes de ressources, de spectre de compétences, d’implantations géographiques et de taille, avec un chiffre d’affaires de plus de 75 millions d’euros.

Cette opération, la plus importante consolidation du secteur en France, a été réalisée sous l’impulsion de la banque d’affaires Oaklins avec le soutien d’un consortium d’investisseurs mené par Initiative et Finance et accompagné de Bpifrance et de deux entités du Crédit Agricole (Grand Sud-Ouest Capital et IDIA).

Le nouvel ensemble représente entre 250 et 260 personnes, dont 105-110 ingénieurs, juristes ou avocats.
Santarelli Group aura une gouvernance structurée autour d’un comité stratégique comprenant Christophe Cornuéjols (Ipside), Président, Frédéric Darin (Ipside), DAF / DRH, Luc Santarelli (Santarelli), Eric Le Bihan (Santarelli) et Eric Augarde (Brevalex).

Au niveau opérationnel, au sein de Santarelli Group, Luc Santarelli devient directeur des litiges, Eric Le Bihan, directeur des marques et Eric Augarde, directeur des brevets.
Ipside Avocat, le pôle contentieux et médiation d’Ipside, animé par Gwendal Barbaut, participe au rapprochement et renforcera les synergies et la diversité de compétences au sein de la nouvelle entité.

« Notre ambition est d’être le numéro 1 d’ici 5 ans. Nous pensons que nous le sommes déjà. Il s'agit donc de rester ou de devenir le leader du marché, et d’être clairement le plus innovant. Nous souhaitrons innover dans la partie logiciel. Il faut automatiser beaucoup de processus qui ne le sont pas. Nous voulons être les plus innovants mais ausssi être le cabinet le plus agréable à vivre.» explique Christophe Cornuéjols.

Arnaud Dumourier (@adumourier)

L'annuaire du Monde du Droit