UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Allen & Overy récompense les deux lauréats de la 16ème édition du prix Juridique & Fiscal

Vie des cabinets
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le cabinet d’avocats d’affaires Allen & Overy et l’école de commerce HEC Paris ont décerné jeudi 17 octobre le prix Juridique & Fiscal Allen & Overy / HEC à deux étudiantes récemment diplômées d’HEC Paris. La 16ème édition distingue Carole Schertzinger pour son mémoire sur l’expropriation indirecte en droit des investissements internationaux et Bérangère de Conihout pour son analyse de l’imposition sur la fortune.

allen overy 2014Créé en 2004, ce prix récompense chaque année les meilleurs mémoires de recherche à partir de critères d’excellence - qualité de l’analyse, applicabilité pratique, qualité de la présentation orale, etc. -, et décerne la somme de 5 000 euros à chaque lauréat.

Ce prix s’inscrit dans la volonté du cabinet d’encourager les étudiants dans leur parcours d’excellence et de favoriser leur intégration dans le monde professionnel. Le Prix Allen & Overy / HEC récompense tous les ans un étudiant issu de la Majeure « Stratégie Fiscale et Juridique Internationale », ainsi qu’un étudiant du Mastère Spécialisé / LLM « Droit et Management International ». Depuis la création du Prix, plus de 50 étudiants ont ainsi été mis à l’honneur.

« Nous sommes le premier cabinet d’avocats à avoir rejoint la Fondation HEC et sommes très fiers d’organiser, dans ce cadre, ce prix en partenariat avec HEC Paris depuis plus de 15 ans. C’est un rendez-vous très important pour Allen & Overy car il met chaque année en lumière de nouvelles problématiques et nous questionne sur les enjeux de demain, en confrontant notre expérience pratique et technique aux observations et réflexions de jeunes talents prometteurs, qui feront bouger les lignes de notre métier. Nous distinguons ainsi chaque année des travaux dont la qualité nourrit notre réflexion et notre pratique. », souligne Jean-Claude Rivalland, Associé d’Allen & Overy à Paris.

16ème édition du Prix Juridique et fiscal : un mémoire et une thèse distingués

La Cérémonie de remise des prix s’est tenue le jeudi 17 octobre dans les locaux d’Allen & Overy, en présence des lauréats, des membres du jury (Allianz, BNP Paribas, Bureau Veritas, Disney, Le Figaro, Lagardère, My Money Bank, Natixis, Pernod Ricard), d’associés et counsels du cabinet, des professeurs des filières juridiques d’HEC Paris, des anciens primés ainsi que de nombreux étudiants d’HEC Paris.

Bérangère de Conihout, lauréate de la Majeure « Stratégie Fiscale et Juridique Internationale », pour son mémoire de recherche «
L’imposition sur la fortune, une exception française imparfaite », le résume ainsi : « Entre histoire tumultueuse et débats enflammés, l’impôt sur la fortune clive et suscite les passions du plus grand nombre. Dispositif idéologique et confiscatoire, ou pierre angulaire d’une défense efficace de l’égalité des chances ? Sur fonds de crise sociale incarnée par le mouvement des Gilets Jaunes, j’ai souhaité étudier de plus près ce mécanisme fiscal dans mon mémoire, afin de mieux comprendre sa portée symbolique et son impact réel sur l’économie française. »

Carole Schertzinger, quant à elle lauréate du Mastère Spécialisé / LLM « Droit et Management International » pour sa thèse professionnelle « L’expropriation indirecte en droit des investissements internationaux », en fait la synthèse suivante : « Les discussions autour de l'Accord Economique et Commercial Global entre le Canada et l'Union Européenne (plus connu sous son acronyme anglophone « CETA ») ont mis en lumière la pratique de l'arbitrage d'investissement aux yeux du grand public. Dans le prolongement de ces débats, il est devenu crucial de préciser les conditions permettant d'engager la responsabilité des Etats, notamment sur le fondement des expropriations indirectes. Ma thèse permet ainsi aux Etats et aux opérateurs économiques d'avoir une vision, en amont, des risques liés à l'adoption d'une mesure étatique privative de propriété, mais aussi une analyse du contentieux et des perspectives d’indemnisation en aval. »