Chute d'une croisiériste pendant son sommeil : élément imprévisible ?

Tourisme
Outils
TAILLE DU TEXTE

Doit être censuré l'arrêt d'appel qui déclare l'organisateur de croisirères responsable des préjudices d'une passagère ayant heurté sa table de nuit pendant son sommeil, en omettant de caractériser en quoi une chute survenue dans de telles circonstances était prévisible et aurait pu être évitée par l'organisateur.

Un homme et sa mère ont conclu avec une agence de voyages un contrat ayant pour objet une croisière sur le Rhin, prestation assurée par une société organisatrice. Au cours de la première nuit à bord, la passagère a, dans son sommeil, fait une chute et heurté le coin d’une table de chevet, se blessant à un oeil.Après avoir obtenu en référé une expertise médicale, elle a assigné l'agence de voyage et l'organisateur de la croisière en responsabilité et indemnisation et mis en (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Débats du Cercle 2021 : interview de Laure Lavorel, présidente du Cercle Montesquieu

Débats du Cercle 2021 : interview de Beatrice Bihr, Secrétaire Général, Groupe Servier