Boom entrepreneurial et envolée des destructions d’entreprises : le grand contraste des effets de la crise

Etudes et Documents
TAILLE DU TEXTE

Les entreprises résistent toujours aux effets de la crise : les tendances observées en 2020 se confirment cette année, avec des défaillances au plus bas et un entrepreneuriat en croissance. La situation se durcit toutefois pour nombre d'entreprises, qui sont soit contraintes de disparaître brutalement, soit plongées dans l'incertitude face à la suspension progressive des aides gouvernementales.

Une envolée des radiations d'entreprises

Le nombre de radiations enregistrées entre janvier et avril 2021 croît de plus de 25% par rapport à la même période l'an passé. Il conviendra de suivre l'évolution de cette dynamique afin d'en déterminer les causes, du simple effet de rattrapage momentané à la mutation profonde et durable du tissu entrepreneurial français, accélérée par les effets de la crise et l'évolution des pratiques de consommation.

De nouveaux records pour l'entrepreneuriat, porté par la nouvelle économie

Dans la lignée de ses éditions précédentes, le nouveau Baromètre des entreprises indique que les créations d'entreprises poursuivent leur croissance et franchissent de nouveaux paliers, avec un entrepreneuriat particulièrement fertile dans les secteurs liés au numérique :

  • Sur la période du 1er janvier au 12 mai, 239 577 immatriculations au RCS ont été enregistrées, soit un bond de 71% par rapport à la même période de 2020
  • La livraison à domicile est à l’origine d’une immatriculation sur six sur la période, avec 95% d’entreprises individuelles.
  • Les créations d’entreprises ont été multipliées par deux respectivement dans les secteurs du e-commerce et de la formation professionnelle.

Une part croissante de liquidations judiciaires parmi des défaillances en baisse

Lorsqu'une entreprise est en difficulté, trois types de procédures collectives peuvent s'appliquer selon le degré de gravité de sa situation : la sauvegarde, le redressement judiciaire et la liquidation judiciaire. Cette dernière concerne les entreprises les plus en difficulté et aboutit à la fin de l’activité.

Entre le 1er janvier et le 12 mai 2021, 8 837 ouvertures de procédures collectives ont été enregistrées, soit un repli de 19% à un an d'intervalle, poursuivant ainsi la dynamique observée en 2020. Parmi elles, les liquidations judiciaires représentent près de 80% des défaillances de la période, avec une croissance de plus de 3 points à un an d’intervalle. Les situations des entreprises déclarant une défaillance semblent ainsi plus compliquées et irréversibles qu’habituellement.

Sophie Jonval, présidente du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce déclare : "Ces résultats illustrent une nouvelle fois l'efficacité des mécanismes de soutien des entreprises mis en place par le gouvernement au plus fort de la crise. Alors que nous entrons désormais dans une nouvelle phase, nous devons redoubler de vigilance et inciter un maximum de chefs d'entreprise à se saisir des solutions judiciaires à leur disposition. Dans les territoires comme en ligne, les greffiers des tribunaux de commerce seront présents à leurs côtés pour les soutenir dans ces démarches."

L'annuaire du Monde du Droit