UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

M&A Index d'Allen & Overy : augmentation du nombre global des fusions-acquisitions transnationales

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

En dépit des inquiétudes liées à la zone euro qui continuent de freiner les fusions-acquisitions au niveau national, les opérations transfrontalières ont connu une hausse de 10 % - les sociétés élargissant leurs horizons en quête d'opportunités de croissance, selon le dernier M&A Index d’Allen & Overy.

Le rapport confirme la position du Royaume-Uni au deuxième rang des acquéreurs transfrontaliers les plus importants au monde, et comme l'un des cinq grands marchés cibles pour chacun des plus importants acquéreurs transfrontaliers au niveau international.

L'acquisition hostile du brasseur australien Foster's par SABMiller pour un montant de 11,62 milliards d'USD ainsi que la co-entreprise créée par BP avec l’indien Reliance Industries pour 7,2 milliards d'USD, l'un des investissements directs à l'étranger les plus importants jamais réalisés en Inde, sont deux exemples parmi les 122 acquisitions transfrontalières réalisées à l’extérieur, par des entreprises britanniques l'an dernier, pour un montant total de 104 milliards d'USD.

L'acquisition de Northumbrian Water par Cheung Kong Infrastructure pour une somme de 7,8 milliards d'USD, ainsi que l'acquisition de la division Assistance aux puits du groupe John Wood par General Electric pour 2,8 milliards d'USD, ont contribué à hauteur de 85 milliards d'USD aux 110 entreprises britanniques acquises au cours de la même période.

Richard Browne, responsable du département Corporate d'Allen et Overy au Royaume-Uni, déclare : "En dépit des inquiétudes qui pèsent sur la zone euro, les entreprises britanniques continuent de procéder à des acquisitions ciblées et sont même prêtes, si la cible le justifie, à réaliser des acquisitions à grande échelle. Pour les sociétés bénéficiant d'une bonne réputation qui procèdent à des acquisitions d’entreprises stratégiquement ciblées, le financement de la dette demeure accessible".

Le rapport souligne à quel point les pays sont devenus actifs sur leurs marchés respectifs alors que, dans le même temps, les entreprises continuent de se tourner vers l'étranger pour s’ouvrir de nouvelles perspectives de croissance.

 

Le M&A Index propose des observations et des analyses de marché réalisées par les associés d'Allen & Overy, complétées par les études trimestrielles indépendantes portant sur le volume et la valeur du nombre global d'opérations de fusions-acquisitions (d’une valeur déclarée d’au moins100 Mio USD). 

Les pays se voient attribuer un « indice/score net » calculé en soustrayant le nombre des fusions et acquisitions domestiques de celui correspondant aux opérations transfrontalières. Le rapport fait ressortir les points suivants :

- Le Royaume-Uni demeure le marché le plus attractif pour les entreprises américaines, qui ont effectué 54 acquisitions d'actifs britanniques pour un montant de 47,351 milliards d'USD en 2011. Les cinq grands marchés cibles pour le Royaume-Uni sont les États-Unis (27 acquisitions), la France (12), l'Allemagne (10), l'Inde (7) et le Canada (6). Bien que faisant partie de la liste des 20 premiers pays cibles sur le marché mondial, la Chine, Hong Kong et Singapour ne figurent pas parmi les 10 premiers marchés cibles pour le Royaume-Uni.

- Le Japon et la Chine bénéficient de la plus forte augmentation du nombre de fusionsacquisitions transfrontalières de l’ensemble des pays. La Chine est désormais classée 6ème acquéreur transfrontalier le plus actif, alors qu'elle se classait 18ème en 2007. La croissance de la Chine représente une augmentation de 195 % par rapport au nombre d'acquisitions transfrontalières réalisées depuis 2007. Le Japon est passé de la 13ème à la 3ème place, soit une progression de 158 % du volume des fusions-acquisitions effectuées à l’extérieur.

- Les Émirats Arabes Unis ne font plus partie de la liste des 20 premiers acquéreurs transfrontaliers depuis 2007. Ils étaient alors classés 10ème avec 36 opérations pour une valeur de 36,385 milliards d'USD. Le Brésil, la République d'Irlande et la Corée du Sud ont tous rejoint le peloton de tête de la liste des 20 plus gros acquéreurs, avec respectivement 11, 12 et 16 acquisitions à l’extérieur.