UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Le développement de l'Activisme Actionnarial en Europe

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

La France confirme son rang en Europe parmi les pays les plus actifs en matière d'activisme actionnarial, avec au moins 11 cas de sociétés ayant été publiquement la cible de campagnes activistes enregistrés depuis 2010, selon un nouveau rapport publié par le cabinet d'avocats Skadden, Arps, Slate Meagher & Flom LLP et le site Activist Insight.

Parmi les traits caractéristiques de l'activisme actionnarial français figurent la taille relativement réduite de l'investissement initial des fonds activistes au moment du lancement de leur campagne(dans 45% des cas recensés l'actionnaire activiste détenait moins de 3% du capital de la société visée) et la taille relativement importante des sociétés ciblées (55% des sociétés ayant fait l'objet d'une campagne activiste depuis 2010 ont une capitalisation boursière supérieure à 8 milliards d'euros). Aucun émetteur n'est donc assez gros pour être à l'abri. Bien que la France soit l'une des juridictions les moins favorables à l'activisme actionnarial (du fait notamment de l'existence de blocs de contrôle ou d'actionnaires influents au capital des sociétés cotées et du rôle joué par l'Etat pour certaines d'entre elles), des affaires récentes, telles que l'annonce par Airbus de la cession programmée de sa participation dans Dassault Aviation suite à  la campagne menée par le fonds The Children’s Investment Fund, le remplacement du président-directeur général de Natixis sous la pression du fonds Amber Capital, et la nomination de Vincent Bolloré en tant que président du conseil de surveillance de Vivendi, montrent que le paysage français est en pleine évolution.

En outre, certaines réformes juridiques récentes favorisent le développement de l'activisme actionnarial en France. Ainsi que le soulignent les associés du cabinet Skadden Armand W. Grumberg et Pascal Bine, "plusieurs mesures de la Loi Florange, initialement destinées à permettre aux sociétés cotées françaises de se défendre contre les OPA hostiles et les prises de contrôle rampantes, pourraient finalement se traduire par une pression accrue de la part e des fonds activistes et renforcer la position de la France comme l'une des juridictions les plus actives en matière d'activisme actionnarial ces dernières années, derrière le  Royaume-Uni.

Skadden Paris organisera un évènement sur le sujet le 4 novembre prochain.