UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

La reprise des fusions-acquisitions se confirme : la valeur moyenne des opérations est à son plus haut depuis 2007

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

Jusqu’à présent, l’année 2014 a montré une solide reprise des marchés de fusions-acquisitions. Ainsi, les trois premiers trimestres de 2014 affichent des valeurs de transactions supérieures à celles enregistrées pour la même période en 2013, et la taille moyenne des opérations a atteint son niveau le plus élevé depuis de nombreuses années, selon le dernier M&A Index d’Allen & Overy.

allenovery320

Un vent d’optimisme, alimenté par les faibles taux d’intérêt et des bilans d’entreprises montrant d’importantes réserves de trésorerie, souffle sur le marché des fusions-acquisitions depuis le début de l’année 2014 ; une certaine volatilité des marchés boursiers est néanmoins observée depuis septembre.

Les valeurs des opérations réalisées sur les neuf premiers mois de l’année sont en hausse de 51 % par rapport à la même période en 2013. De manière plus significative, la valeur des opérations transfrontalières est la plus élevée jamais enregistrée depuis 2007, les sociétés américaines en tête, suivies par l’activité accrue des investisseurs stratégiques en provenance de Chine, du Royaume-Uni, de l’Allemagne et du Canada.

Commentant le troisième trimestre du M&A Index, Marcus Billam, associé du département Fusions & Acquisitions d’Allen & Overy et lauréat du prix Avocat de l’année 2014 en M&A décerné par le magazine Option Droit & Affaires, indique : « La confiance des dirigeants était évidente lors des trois premiers trimestres 2014. Cela transparaît dans la taille des opérations, parmi lesquelles nous comptons 70 opérations d’une valeur de plus de 5 milliards de dollars américains, contre 52 opérations à la même époque l’année dernière. Mais, en réalité, la vision stratégique des opérations est un élément encore plus révélateur. Plusieurs opérations ont été transformantes pour les sociétés concernées, voire dans certains cas pour l’ensemble d’un secteur. Ce processus de consolidation, a conduit certaines entreprises à revoir leurs stratégies. Les dirigeants agissent lorsque les conditions de marché sont favorables, notamment pour ne pas prendre le risque de rester sur la touche ».

Historiquement, le troisième trimestre est plus calme. Néanmoins, les opérations ont continué de s’enchaîner à un bon rythme depuis l’été et le nombre de transactions en attente est suffisamment conséquent pour laisser entrevoir que la reprise du secteur des fusions-acquisitions n’a aucune raison de s’essouffler entre cet hiver et le passage en 2015.

Le secteur TMT (Technologies, Médias et Télécommunications) reste numéro 1 en termes de valeur par opération – le nombre de transactions effectuées en 2014 est déjà supérieur à l’ensemble de l’année 2013 – suivi par le secteur des Sciences de la Vie.

Les formes de la reprise varient cependant en fonction du continent et du secteur. Tandis que les Etats-Unis et l’Europe occidentale semblent être dans le peloton de tête et la région Asie Pacifique enregistre son meilleur démarrage, nous constatons un retournement de l’activité opérationnelle en Europe centrale et orientale, la crise ukrainienne ayant eu des répercussions dans toute la région. Ailleurs, les problèmes liés à la réglementation pèsent toujours sur les opérations de fusions-acquisitions dans le secteur des services financiers, tandis que le nombre de transactions déjà menées à bien dans le secteur du Private Equity cette année dépasse tous les niveaux d’activité enregistrés depuis 2007, même si les opérations de sortie prédominent encore.

Globalement, le marché des fusions-acquisitions est fort et les perspectives à horizon 2015 restent positives à condition que les marchés boursiers se stabilisent.