UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Convocation de l’avocat par courriel

Avocat
Outils
TAILLE DU TEXTE

L'article 803-1 du code de procédure pénale, qui autorise l'envoi de la convocation à un avocat à son adresse électronique, n'exige pas que figure au dossier un justificatif de la remise à son destinataire.

A l'issue d'une information judiciaire, un individu placé sous contrôle judiciaire a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Fort de France qui, par jugement contradictoire à signifier, l'a déclaré coupable d’infractions à la législation sur les stupéfiants et l'a condamné à une peine de douze ans d'emprisonnement.
Après avoir interjeté appel, le prévenu a été incarcéré en exécution de cette peine et a déposé une demande de mise en liberté.

La cour d'appel de Fort-de-France a rejeté cette demande à la suite de débats qui se sont tenus en présence du prévenu et en l'absence du conseil de celui-ci.

Par un arrêt du 24 juillet 2019, la Cour de cassation rejette le pourvoi, considérant que le demandeur ne saurait soutenir que son conseil n'a pas été convoqué régulièrement à l'audience : un avis d'audience avait été adressé à ce dernier par courrier électronique, conformément aux exigences de l'article 148-2 du code de procédure pénale.

La Haute juridiction judiciaire rappelle en effet que l'article 803-1 du même code permet l'envoi de la convocation à un avocat :
- par lettre recommandée ;
- par télécopie avec récépissé ;
- par envoi adressé par un moyen de télécommunication à son adresse électronique dont il est conservé une trace écrite, sans qu'il soit exigé que figure au dossier un justificatif de la remise à son destinataire.