UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Avocat salarié : faits de harcèlement et licenciement pour faute grave

Avocat
Outils
TAILLE DU TEXTE

Aucun harcèlement moral n’est retenu lorsque les faits permettant de le présumer sont justifiés par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement.

Un avocat a conclu un contrat de collaboration libérale avec une société et est devenu salarié de celle-ci. Il a ensuite été licencié pour faute grave.

Contestant son licenciement et sollicitant la requalification du contrat de collaboration libérale en contrat de travail, il a saisi le bâtonnier de l’ordre des avocats au barreau de Metz sur le fondement de l’article 142 du décret n° 91-1197 du 27 novembre 1991 organisant la profession d’avocat.

La cour d’appel de Metz a rejeté sa demande tendant à voir prononcer la nullité de son licenciement.

Dans une décision du 7 mars 2018, la Cour de cassation rejette le pourvoi formé contre l’arrêt d’appel qui a estimé que l’avocat n’établissait pas la matérialité des faits invoqués à l’appui de sa demande de nullité du licenciement en raison d’une discrimination liée à son état de santé.
Par ailleurs, la cour d’appel a justement décidé qu’aucun harcèlement moral ne pouvait être retenu. En effet, elle a souverainement estimé que, certes, l’avocat établissait des faits permettant de présumer l’existence d’un harcèlement moral, mais que l’employeur démontrait que ses décisions étaient justifiées par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement.