Bilan après 1 an d’activité de l’association Barreau des Arts

On en parle
TAILLE DU TEXTE

Il y a un an, le Barreau des Arts ouvrait ses services au public. Pour rappel, l’association a pour mission de garantir aux auteurs et artistes-interprètes précaires un accès au droit lorsqu’ils font face à des problèmes juridiques précontentieux en matière de droit d’auteur. 

Concrètement, le Barreau des Arts met à leur disposition, depuis son site internet, une plateforme leur permettant d’expliquer le ou les problèmes juridiques qu’ils rencontrent et d’être mis en relation dans un court délai et de manière gratuite avec les bénévoles de l’association (des étudiants puis des avocats spécialisés en droit de la propriété intellectuelle). 

À l’issue de cette mise en relation, les bénéficiaires reçoivent des conseils juridiques gratuits, adaptés et personnalisés. 

Dans la continuité de cette mission, l’association organise également des conférences dans des écoles d’art, afin d’apporter une première approche du droit d’auteur aux étudiants et ainsi améliorer leur accès et compréhension du droit. 

Après un an d’activité : 

140 artistes précaires ont obtenu des conseils gratuits d'avocats spécialisés (sur ces 140 artistes, dont la moyenne d’âge est de 34 ans, 59,5% sont des femmes et 40,5% sont des hommes. Les trois professions les plus représentées sont les musiciens à 14,9%, les écrivains à 11,6% et les artistes plasticiens à 6,6%). 

54 avocats spécialisés en droit de la propriété intellectuelle sont inscrits sur la liste des avocats de l’association co-créée avec le Barreau de Paris Solidarité et apportent bénévolement leur soutien aux artistes précaires. 

84 étudiants en droit de la propriété intellectuelle, issus de masters sur tout le territoire français, dont de nombreux élèves-avocats, ont rejoint l’association en tant que bénévoles. 

Une dizaine de conférences dans des écoles d’art et de temps d’échanges avec des artistes ont été réalisées, notamment auprès d’écoles d’art (SPEOS, TALM, Pôle Arts Visuels Pays de la Loire, AMMA Sorbonne, Beaux Arts de Paris etc.). 

Dans un contexte de crise sanitaire qui continue d’affecter lourdement les auteurs et artistes interprètes en situation de précarité à qui l’association s’adresse en priorité, les valeurs de solidarité, d’action et d’engagement que nous portons sont essentielles. 

L'annuaire du Monde du Droit

Débats du Cercle 2021 : interview de Laure Lavorel, présidente du Cercle Montesquieu

Débats du Cercle 2021 : interview de Beatrice Bihr, Secrétaire Général, Groupe Servier