UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Visite de Christiane Taubira aux permanences d'été de Perpignan

On en parle
Outils
TAILLE DU TEXTE

Christiane Taubira a effectué un déplacement à Perpignan.

Christiane Taubira, Garde des sceaux, ministre de la Justice s'est rendue le 30 juillet 2013 au tribunal de grande instance de Perpignan pour rencontrer les personnels chargés des permanences auprès des justiciables en cette période estivale.

La Garde des sceaux s’est entretenue avec les personnels du bureau d’aide aux victimes, de la permanence du parquet, des services de l’exécution des peines, du greffe correctionnel, les magistrats du siège correctionnel, du tribunal des enfants, le juge d’instruction, le juge des libertés et de la détention.

La ministre a souhaité que soit mis en œuvre dès le début de l’année 2014, un SAS opérationnel. Cet espace fermé destiné à l’accueil des escortes renforcera la sécurité lors des extractions de détenus. La Garde des sceaux a confirmé son souhait d’un projet durable pour le palais de justice sous la forme d’une extension ou d’une construction nouvelle.
"Cela permet de maintenir le tribunal au cœur de la cité, cela facilite l’accès des citoyens à la Justice, notamment pour les plus vulnérables, et cela participe à la vitalité de la ville" a précisé la ministre.

Avec le procureur de la République, la ministre de la Justice a pu évaluer les dispositifs spécifiques de lutte contre les fraudes mis en place durant l’été 2013 dans le cadre du comité opérationnel départemental anti-fraude (CODAF).

Enfin, elle s’est également assurée des modalités de mise en œuvre de sa circulaire du 5 juillet 2013 relative aux incendies de forêts volontaires et involontaires, au cours d’une présentation des dispositifs par le procureur de la République et un survol en hélicoptère des terrains sous surveillance du service départemental d’incendie et de secours.