L'AIJA demande au Président Obama la "disparition de Guantanamo"

On en parle
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Président de l’AIJA, Thierry Aballéa, a écrit à Barack Obama en lui demandant la "disparition de Guantanamo.

thierry aballeaDans une lettre du 15 juillet 2013 adressée au Président des Etats-Unis, Barack Obama, le Président de l’Association de Jeunes Avocats (AIJA), Thierry Aballéa (Artus Wise, Paris), appelle à une libération des prisonniers du Guantanamo et à la disparition de Guantanamo.

Le Président de l’AIJA invoque notamment "l’espoir que n’ont plus vos détenus nourris de force chaque jour, les bras attachés le temps de la becquée et de la digestion, sans procès équitableenfermés depuis 12 ans pour certains, situation unique et historique pourune démocratie".

Il fait également référence à Nelson Mandela : "l’espoir en souvenir de celui de Nelson Mandela qui lui a permis de tenir dans les pires geôles sud- africaines pendant 27 ans. Même ce régime honnine lui avait pas enlevé tout espoir alors que sa dangerosité pour leursystème était plus forte que ne le seront jamais les quelques détenus deGuantanamo pour votre pays".

Enfin, cette lettre c'est aussi, pour son auteur, "l’espoir de la disparition de Guantanamo afin que de nombreux pays arrêtent d’y trouver une excuse pour ne pas respecter l’état de droit".

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.