UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Moralisation de la vie politique : "un projet inacceptable pour les avocats et préjudiciable pour la démocratie" selon la Conférence des Bâtonniers

On en parle
Outils
TAILLE DU TEXTE

La Conférence des Bâtonniers réagit au projet de loi de moralisation de la vie politique.

Après les réactions de l'association des Avocats Conseils d'Entreprises (ACE), du Bâtonnier de Paris et du Conseil national des barreaux (CNB) c'est au tour de la Conférence des Bâtonniers de s'insurger contre le projet de loi sur la moralisation de la vie politique dans un communiqué du 19 avril 2013.

Pour la Conférence des Bâtonniers, ce projet est "inacceptable pour les avocats et préjudiciable pour la démocratie".
Elle juge "les perspectives et projets du Gouvernement absolument intolérables".

Or, selon elle, "la nécessité de moraliser la vie politique devrait susciter concertation, réflexion et dispositions précises permettant d’accompagner ceux qui se dévouent à la « chose publique » en évitant l’insupportable dévoiement mis en œuvre par quelques uns qui utilisent l’action publique à des fins personnelles."

Elle estime également que "le Gouvernement pense possible d’interdire à certains professionnels d’exercer des fonctions d’élus du peuple." et que sont particulièrement visés "journalistes et avocats", "professions qui contribuent à l’exercice démocratique" et qui "seraient donc placés sur ce que certains n’hésitent pas à appeler une « liste noire »."

Enfin, "les avocats ne se défendent pas. Encore une fois, les avocats défendent les citoyens et la République à laquelle leur profession a tant donné", selon la Conférence des Bâtonniers.

Voir aussi :