UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Etat des lieux du marché de l'emploi pour les jeunes avocats au Québec

On en parle
Outils
TAILLE DU TEXTE

Un rapport sur " la situation de l'emploi chez les jeunes avocats" a été élaboré par le Jeune Barreau de Montréal. Ce rapport fut l'occasion d'établir un état des lieux sur la pratique du droit au Québéc.

Le Jeune Barreau de Montréal a presenté un rapport sur "la situation de l'emploi chez les jeunes avocats", plusieurs problématiques y ont, dès lors, été soulevées, notamment sur l'augmentation du nombre d'avocats dans le milieu juridique nord-américain. Ce rapport mit également en exergue le fait que les emplois occupés par les jeunes avocats n'ont soit aucun rapport avec leur formation, soit sont de moins en moins stables.

Le Barreau du Québec assiste d'une façon corolaire à une désertification de la pratique du droit en région. Il s'agissait donc, pour le Jeune Barreau de Montréal, d'établir dans un premier temps un état des lieux de la pratique du droit chez les jeunes avocats, mais également de réfléchir à des solutions pour pérenniser ce marché en surpopulation.

Un rapport à vocation informative pour l'orientation des étudiants

Le dit rapport a pour but de proposer une aide adéquate aux membres du Jeune Barreau de Montréal face au constat d'un "problème fondamental du marché de l'emploi, de la diminution de la demande et d'une explosion du nombre d'avocats qui n'ont pas d'emplois reliés au droit et qui sont aux prises avec de désastreuses dettes étudiantes."

Depuis vingt ans, le nombre d'avocats au Québec a augmenté de 98%, tandis que la population, elle, n'a augmentée que de 15%. Egalement, de plus en plus d'étudiants s'inscrivent à l'Ecole du Barreau du Québec, "en dix ans, il y a eu une augmentation de 42% des cohortes", dont 80% sont admis à l'examen dès le premier coup d'essai : " Comme il y a peu d'obstacles à l'entrée sur le marché de nouveaux avocats ou de parajuristes, il semble que l'offre soit en voie de devenir excédentaire sur le marché juridique canadien."

Les solutions pour un marché en crise de surpopulation

Pour palier à cette situation critique du marché des professions du droit, le Jeune Barreau de Montréal a élaboré sept solutions, dont les principales sont tout d'abord, l'information et la transparence ; il s'agit de transmettre aux jeunes des informations qui soient "continues, fiables, détaillées et offertes sur le plus grands nombres de plateformes possibles", ces informations permettront aux étudiants actuels ou potentiels de faire un choix éclairé quant à leur orientation en cursus universitaire.

Afin d'endiguer cette surpopulation sur le marché du droit, est également proposé l'établissement d'un quota visant à limiter l'accès au métier d'avocat à 275 avocats par 100000 habitants.

L'enseignement du droit tenir compte des nouvelles réalités du marché et doit donc être innovant puisque les futurs avocats seront confrontés à effectuer par eux-mêmes bons nombres de tâches administratives. Selon le rapport du Jeune Barreau, ce fait doit être considéré dans les cursus des avocats par des formations en gestion, administration, entreprenariat, etc., de sorte à ce que chaque futur avocat soit préparé à ces nouvelles réalités.

En matière de lutte contre la précarisation des stagiaires, le rapport insiste pour que le Barreau du Québec prenne position en faveur des stagiaires, et décourage les stages non rémunérés. Enfin, afin de retrouver une certaine homogénéité sur l'ensemble du territoire, il est proposé que " le Barreau du Québec, de concert avec les bâtonniers de sections, les jeunes barreaux de région et l'AJBR tiennent un registre du nombre nécessaire d'avocats à attirer en région, et fassent la promotion de la pratique en région."