UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Frédéric Gabet, nouveau bâtonnier de Seine-Saint-Denis

Nominations
Outils
TAILLE DU TEXTE

Succédant à Madame Valérie GRIMAUD, Frédéric GABET est le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Barreau de Seine-Saint-Denis pour les années 2019 et 2020.

Installé à Saint-Ouen depuis près de 25 ans, il exerce dans le domaine du droit privé pour des acteurs institutionnels publics.

Investi depuis longtemps dans la vie ordinale, il a déjà exercé le mandat de Bâtonnier de l’Ordre en 2005-2006.

Il prend la tête de l’un des 20 Barreaux les plus importants de France (rattaché au Tribunal de Grande Instance de Bobigny, 2ème Tribunal de France après Paris) au moment où la profession d’avocat est confrontée à plusieurs défis :

« La réforme de la Justice que nous combattons, celle à venir de l’aide juridictionnelle, toutes deux inspirées par des considérations principalement budgétaires, tout comme la déshumanisation de la justice qui résulte de la mise en place croissante de la vidéo-audience ou de la visio-conférence, sont autant de sujets de profondes inquiétudes dans un Barreau comme celui de Seine-Saint-Denis, attaché viscéralement aux valeurs humanistes qui sont le socle de notre profession », indique-t-il. « Je m’attacherai à combattre cette évolution mortifère que l’on nous présente comme inéluctable ».

« Les Avocats ne sont pas opposés à la modernité : ils en sont depuis longtemps des acteurs investis, et restent par nature « innovants » de la révolution qui s’annonce. Mais l’arrivée massive de nouvelles technologies, souvent portées par des acteurs étrangers au monde du droit, bouleverse les pratiques et interroge sur ce que sera la Justice de demain, sur l’avenir de nos exercices et celui de ses valeurs essentielles. Il faut donc nous en emparer pour y imposer des règles et une éthique. »