Constitution de partie civile d'associations de défense de l'environnement

Droit pénal
Outils
TAILLE DU TEXTE

Une association de protection de l’environnement, qui ne peut se prévaloir d’une exposition au risque d’atteinte à l’intégrité physique, ne démontre pas un préjudice personnel directement causé par le délit dénoncé de mise en danger d’autrui. En conséquence, son action civile est irrecevable.

Dans un arrêt du 8 septembre 2020 (pourvoi n° 19-84.995), la Cour de cassation rejette le pourvoi formé par des associations de protection de l’environnement, le code de procédure pénale réservant l'action civile aux personnes justifiant d'un préjudice personnel. La Haute juridiction judiciaire rappelle qu'une association, qui n’est pas recevable à se constituer partie civile sur le fondement de l’article L. 142-2 du code de l’environnement en l’absence de renouvellement de son agrément, peut (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.