UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Exception de procédure et défense au fond

Procédure civile
Outils
TAILLE DU TEXTE

Les époux X. ont consenti à la société S. une promesse unilatérale de vente d'un appartement moyennant le versement d'une indemnité d'immobilisation de 250.000 euros, dont 100.000 euros ont été remis au notaire des promettants désigné comme séquestre. La promesse, initialement valable jusqu'au 31 mars 2008, a été prorogée jusqu'au 14 avril suivant. La vente n'ayant pas été régularisée, les promettants ont assigné la bénéficiaire en paiement de l'indemnité d'immobilisation. La société S. lui a opposé la nullité de la vente pour erreur. La cour d'appel de Versailles, dans un arrêt du 18 mars 2009, rejette sa demande au motif que si la société S. prétend obtenir la nullité de la vente pour vice du consentement, en particulier pour erreur sur la consistance des lieux au vu des aménagements (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne