UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Marc Favero, Secrétaire Général & Directeur Juridique Brink's France

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Marc Favero - Secrétaire Général & Directeur Juridique - Brink's FranceInterview de Marc Favero, Secrétaire Général & Directeur Juridique Brink's France.

1- Pouvez-vous brièvement nous décrire votre parcours ?

J’ai poursuivi des études de droits à l’université de Paris XI centrée sur le droit civil (Sceaux), puis un DEA à Paris I Panthéon Sorbonne de droit des affaires en même temps que le CFPA et un deuxième DEA à Paris II d’histoire du droit (j’envisageais une carrière universitaire avec le professeur Gavalda) tout en commençant à exercer en tant qu’avocat.

J’ai été avocat pendant 10 années en exerçant ma profession en tant que spécialiste du droit bancaire et financier au sein des cabinets Thomas et Associés (devenu Sarrau Thomas Couderc) Clifford Chance puis Coopers & Lybrand Juridique et Fiscal devenu Landwell. Je suis ainsi passé d’avocat plaidant à conseil sur des opérations financières complexes.

En 1999 je suis recruté pour suivre les aspects boursiers de la mise sur le marché d’Aérospatial Matra réalisée par fusion pour le compte d’Aérospatiale, qui a immédiatement été introduite au CAC 40. Un an après, je prenais en charge les aspects boursiers de la mise sur le marché de European Aeronautic and Space Company (EADS) introduite sur 3 places boursières en simultanée.

Cette opération réalisée, j’ai assuré la mise en place de la politique de reporting avec les autorités de marché de 4 pays (EADS NV étant une société hollandaise) et ai participé à mettre en place tous les financements à moyen et court termes d’EADS (EMTN, crédit syndiqué, BT…), les plans d’actionnariat salariés sur une dizaine de pays, les plans de stocks options…

J’ai rejoint Brink’s en 2004 pour prendre le Secrétariat Général et la Direction juridique du groupe en France qui a compté jusqu’à 12 000 000 personnes et a contrôlé jusqu’à 5 autres pays. La direction juridique était au sein de la structure réduite à sa plus simple expression

2- Comment s’organise votre direction juridique ?

J’ai calé l’organisation de la direction sur le modèle des cabinets d’avocats en le structurant par pôles de compétences.

Le premier pôle s’occupe de la partie contractuelle au sens large, c'est-à-dire de la négociation de tous les contrats, commerciaux ou non, des pré-contentieux puis des contentieux de toutes sortes y compris pénaux. Ce département a aussi en charge la propriété intellectuelle et le suivi des obligations CNIL m’assistant dans ma tâche de Correspondant CNIL.

Le second pôle est en charge de la partie droit des sociétés et restructuration ainsi que de toutes les formalités règlementaires très lourdes dans nos professions de transporteur de fonds/ Gestionnaire fiduciaire et de sécurité humaine ou de sûreté aéroportuaire.

Le pôle assurance et immobilier gère à la fois le parc immobilier ou les baux du groupe et les lignes d’assurances locales dont l’importance est stratégique dans nos métiers.

J’ai en charge directement le pôle acquisition et coordonne pour le groupe toutes les opérations d’acquisition ou de cession.

Cela représente aujourd’hui un département de 6 personnes

La direction juridique a une ligne de reporting avec la direction juridique monde qui se situe aux Etats-Unis.

3- Quelles problématiques spécifiques traitez-vous ?

L’organisation traduit nos préoccupations puisqu’elle s’est calée sur les besoins spécifiques du groupe France.

L’accent est mis sur la sécurité de nos personnels et celle de nos opérations ainsi que sur l’éthique du groupe qui représentent à nos yeux les grandes valeurs de Brink’s.

Dans ce cadre la place de la direction juridique est centrale d’autant plus que je coordonne directement les opérations de croissance externe de leur origine à la partie intégration.

Notre cadre règlementaire et législatif est aussi très prégnant dans nos activités de transport de fonds ou de sûreté aéroportuaire, nous devons prendre en compte les règlementations européennes, celles des différentes autorités de tutelles en sus des textes législatifs et règlementaires ou des conventions internationales.
La partie contractuelle est bien évidement centrale dans ce cadre.

 

Propos recueillis par Arnaud DUMOURIER