Patrice Graillat et Dominique Davodet, Associés, Fidal : « Nous avons dû prouver au marché que nous étions toujours présents »

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interviewé Patrice Graillat et Dominique Davodet, avocats associés respectivement en droit fiscal et droit des sociétés au sein du cabinet Fidal à propos du titre de « Cabinet de l’année », décerné au cabinet lors du Palmarès du Droit 2020.

Vous avez remporté le titre « Cabinet de l'année », qu'est-ce que cela représente pour votre cabinet ?

Nous avions remporté ce prix une première fois, il y a deux ans. Cependant, cette fois-ci ce prix n'a pas le même effet pour notre cabinet, qui venait de se relever d'une année particulièrement difficile.

Le fait que nos clients nous aient fait confiance a été très valorisation aussi bien pour les avocats déjà membres de notre cabinet, que pour l'ensemble des avocats qui viennent de l'intégrer.

A quoi attribuez-vous ce succès ?

Ce succès est caractéristique de notre capacité de rebond après ces difficultés, qui s'est traduite par le lancement d'une politique de communication très dynamique, de recrutement de nouvelles équipes et de positionnement sur le marché, notamment par la participation à des événements majeurs sur la place parisienne. Ces éléments sont certainement une des causes de réussite de notre cabinet.

De plus, nous sommes un cabinet persévérant, qui suit une ligne de grande qualité à la fois sur le plan technique, mais aussi relationnel auprès de nos clients. Ainsi, ce prix récompense cette ténacité et la qualité de nos équipes.

Aussi, nous sommes un cabinet bien positionné sur le marché parisien, ce qui nous permet de comprendre les enjeux des clients auxquels nous répondons par une approche pluridisciplinaire.

Nous sommes en effet un cabinet intervenant dans diverses matières, ce qui est un des points sur lesquels nous n'avons pas beaucoup de concurrents sur la place de Paris.

Quel bilan faites-vous de l'année 2019 ?

Cette année a été marquée par le départ d'une grande partie des équipes vers KPMG, ce qui a produit une baisse du chiffre d'affaire. Nous avons donc dû prouver au marché que nous étions toujours présents et capables de servir nos clients.

Nous nous sommes donc repositionnés sur certaines matières, tout en gardant nos fondamentaux, et sur des nouveaux secteurs géographiques, notamment à l'international par la mise en place de partenariats.

Quelles sont vos perspectives ?

Nous avions une ambition forte au titre de l'exercice 2019/2020 prévoyant une hausse du chiffre d'affaires de 14 millions d'euros, ce qui est significatif. La crise a ralenti cette ambition, qui se poursuit néanmoins par une réaction dynamique et forte, basée sur le travail des équipes qui sont restées et des nouvelles équipes, qui nous ont apporté des nouvelles compétences et nous ont permis de renforcer notre position sur le marché, notamment en matière immobilière, de concurrence, de distribution et de financement.

Actuellement, nous mobilisons les équipes sur la gestion de la crise du Covid-19 et les modifications conséquentes de l'économie, pour accompagner au mieux nos clients sur la sortie de cette crise et les nouvelles lignes de force qui vont se dégager à la suite de cette crise.

Enfin, des projets sont prévus en termes de développement dans la sphère internationale et nationale, par le renforcement et l'acquisition de nouvelles compétences sur le marché

Propos recueillis par Anne-Claire Della Porta

L'annuaire du Monde du Droit