UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

David Amiach, Associé, Cohen Amir-Aslani

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé David Amiach qui vient d'être coopté associé au sein du cabinet Cohen Amir-Aslani.

Selon vous, qu'est-ce qui a présidé à votre cooptation ?

L’association est une question de confiance et de compétences. D’abord, Ardavan Amir-Aslani et Gérard Cohen, associés fondateurs du cabinet Cohen Amir-Aslani m’ont témoigné, depuis 10 ans, une grande confiance, en me confiant des dossiers de plus en plus complexes. Grâce à cela, j’ai pu et su développer ce qu’ils ont reconnu comme des compétences, qui, j’espère, servent au quotidien la valeur et la croissance du cabinet.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

 Après un cursus axé sur l'international et l'entreprenariat, avec un DESS de droit international des affaires obtenu à Lyon III et un Mastère Spécialisé (MS) Juriste Manager International de l’EM Lyon, j’ai débuté mon parcours professionnel chez devenu CGR LPA. J’étais en charge de contentieux en droit des affaires et en responsabilité civile. Après plus de trois ans au sein de cette équipe, j’ai souhaité m’orienter vers le conseil en développant une pratique axée sur le droit des sociétés et le M&A chez Cohen Amir-Aslani. L’activité internationale, déjà très présente au sein du cabinet, s’est encore renforcée grâce au développement de nos activités en Iran et l’ouverture de notre bureau de Téhéran en 2016.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Avant tout Gérard Cohen et Ardavan Amir-Aslani. Leur talent et leur charisme sont pour moi des références au quotidien. J’ai également été particulièrement influencé par deux professeurs, Jacques Azéma et Yves Reinhard auprès desquels j’avais effectué un stage dans le cadre de l’EFB. Chacun, dans leur domaine d’expertise, excellaient par leur talent, la clarté de leurs analyses et leur humilité. Ces quatre grands professionnels sont tous des fins stratèges, des modèles d’intelligence, de précision et d’analyse juridique.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

 
J’en ai deux, liés à deux rencontres d’hommes étonnants. Le premier bon souvenir concerne une opération de transition managériale dans un groupe familial ayant développé – avec succès – des établissements thermaux. Je conseillais le jeune frère, médecin, qui aspirait à prendre la direction du groupe et à remplacer son frère ainé, personnage charismatique et autoritaire qui dirigeait l’entreprise depuis le retrait de son père. Pendant plus d’un an, j’ai conseillé, soutenu ce client, parfois même lors de véritables séances de coaching. Bien que techniquement brillant, sa personnalité était effacée voire écrasée par le charisme de son ainé. Parallèlement à l’accompagnement juridique, la négociation des accords avec la famille, j’ai aidé ce futur dirigeant à se forger l’étoffe d’un manager et à prendre conscience de ses qualités. Je suis satisfait d’avoir contribué à une transition réussie, de voir aujourd’hui un dirigeant épanoui et à la tête d’un groupe qui a trouvé une nouvelle dynamique.
 

Le second se rapporte à un groupe que nous avons accompagné dans trois opérations de LBO successives en moins de 6 ans. L’entreprise, à la croissance spectaculaire, est passée d’une PME française à un groupe international intégré, opérant dans plus de 120 pays grâce à 27 filiales étrangères. Ce succès, elle le doit à la vision et la personnalité de son fondateur et dirigeant historique. Mais au-delà de la réussite et des chiffres vertigineux, ce qui m’a le plus touché, c’est la volonté du fondateur, à chaque étape, de partager les fruits de ce succès avec ses équipes et ses salariés. Ainsi, à l’occasion de chaque opération, il permettait à de nouveaux managers – toujours plus jeunes – d’investir à ses côtés, tout en leur permettant de réaliser leur liquidité. La plupart de ces managers, qui ont à peine 30 ans, sont déjà millionnaires ! Le fondateur a donc, conformément à sa philosophie, laissé la place à sa garde rapprochée pour assumer et poursuivre cette belle aventure entrepreneuriale.

Quels sont vos domaines de compétences ?

J’ai toujours conçu mon activité comme un métier d’entrepreneur du droit. Au fil des années, mes compétences se sont développées autour de l’accompagnement des dirigeants, dans les domaines du M&A, Private Equity ou Corporate, en France et à l’international. Je pratique aussi régulièrement tout ce qui lié aux contrats commerciaux ou à la gestion de contentieux pluri-juridictionnels.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

L’avènement des Initial Coin Offering (ICO), cette méthode de levée de fonds, fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des cryptomonnaies durant la phase de démarrage d’un projet est très intéressante.

Qui conseillez-vous ?

Des PME françaises ou étrangères, (Evernex, Buddha Bar) ainsi quelques groupes côtés, tel que Gfi Informatique, le Groupe PSA (Peugeot et Citroën), Vinci Airports ou encore Laeticia Hallyday dans le cadre de la succession de feu Johnny Hallyday.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)