UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Anne Petitjean, Associée, Herbert Smith Freehills

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Interview d'Anne Petitjean, récemment nommée associée au sein du cabinet Herbert Smith Freehills. 

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Herbert Smith Freehills ?

Il s’agit de rejoindre un cabinet disposant d’une solide réputation en immobilier, ma nomination s’inscrivant dans la stratégie du cabinet de compléter une offre de services juridiques axée sur l’urbanisme et le développement d’opérations immobilières complexes.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai débuté ma carrière dans un cabinet de niche au sein duquel j’ai été formée en urbanisme. J’ai ensuite rejoint le cabinet Lefèvre Pelletier & Associés, où j’ai continué à développer mon expertise en urbanisme. Mon évolution s’est poursuivie avec mon arrivée en 2007 au sein du cabinet White & Case où pendant 11 ans j’ai développé une expertise sur des aspects variés de l’immobilier en assistant une clientèle française et internationale tant sur des opérations de développement que d’investissement.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Franck Peter associé du département immobilier de White & Case pour sa rigueur juridique.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Au regard de la renommée et de la compétence de mes confrères dans un dossier, avoir gagné un contentieux pour le compte d’un palace parisien qui réalisait d’importants travaux de rénovation et avoir ainsi permis au client d’éviter un arrêt de chantier avec 600 ouvriers sur site.

Quels sont vos domaines de compétences ?

L’urbanisme, les opérations d’aménagement urbain, de promotion immobilière ainsi que de cession et d’acquisition d’actifs immobiliers.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d’activité ?

La loi logement de 2018 qui devrait être adoptée par le parlement d’ici l’été 2018 va à nouveau réformer le droit de l’urbanisme avec le développement “des grandes opérations d’urbanisme, de nouvelles dispositions d’assouplissement des procédures d’urbanisme, la simplification des procédures de transformation de bureaux en logements et des sanctions renforcées contre les auteurs de recours abusifs contre les permis de construire.

Qui conseillez-vous ?

Des foncières, des promoteurs, des fonds d’investissement, des fonds souverains et des opérateurs de l’hôtellerie.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

D’une part, offrir une palette de services juridiques variés et complexes en immobilier tout en créant des synergies avec David Lacaze qui intervient régulièrement sur des opérations d’investissement complexes, la constitution de véhicules et fonds d’investissement ainsi qu’en matière de financement et de restructuration et d’autre part, apporter ma compétence en urbanisme aux équipes financement et grands projets notamment dans le cadre d’opérations liées aux énergies renouvelables ainsi qu’aux équipes corporate sur le M&A des projets immobiliers et des opérations d’investissement immobilier complexes.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)