UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Sandra Graslin-Latour, Associée, Racine

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Sandra Graslin-Latour, Associée, RacineLe Monde du Droit a interrogé Sandra Graslin-Latour qui vient d'être cooptée associée au sein du cabinet Racine.

Selon vous qu’est ce qui a présidé votre cooptation ?

J’ai rejoint le cabinet Racine en 2013 pour développer le département Banque Finance. A l’origine l’équipe était composée de deux avocats et à ce jour nous sommes six. Ma cooptation s’inscrit dans la volonté du cabinet RACINE de développement de nouvelles compétences au service des clients.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après une maîtrise de droit des affaires à l’université de Paris I, j’ai voulu me spécialiser en banque finance et ai intégré le DESS Banque Finance de Paris I. J’ai ensuite débuté ma carrière chez Latournerie Wolfrom (en 2000), puis ai choisi un cabinet de plus petite taille, Dupuy Duval (2002) pour me former au contentieux bancaire. En 2005, j’ai souhaité intégrer un cabinet multidisciplinaire en droit des affaires et ai donc postulé au sein du département contentieux de Lefèvre Pelletier et associés. En 2010, une dizaine d’associés de Lefèvre Pelletier a décidé de rejoindre le cabinet anglo-saxon Wragge & Co (désormais devenu Gowling WLG) pour ouvrir un bureau parisien. J’ai fait partie de cette aventure et nous avons ainsi monté un département contentieux au sein duquel j’ai commencé à développer ma propre clientèle. Puis, en 2013, j’ai rejoint Racine avec pour projet le développement d’un département banque finance.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Outre les avocats qui m’ont formé dans les différents cabinets où j’ai exercé, Laurent Jourdan a eu un rôle décisif dans ma carrière. Nous nous sommes rencontrés lorsqu’il était le responsable du département contentieux des affaires chez Lefevre Pelletier et nous travaillons depuis plus de 10 ans ensemble. Il m’a fait confiance en m’associant à tous ses projets professionnels et notamment le plus important, celui de rejoindre Racine où je suis devenue associée. 

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Un des plus marquants est mon départ du jour au lendemain à Madagascar pour traiter un arbitrage avec Bruno Cavalié. Nous avons travaillé pendant une semaine en équipe pour rédiger le mémoire d’arbitrage, en collaborant avec les équipes du client sur place, qui nous ont également fait connaître la culture locale.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Spécialisée en droit bancaire et financier, je possède une solide expérience pour gérer tous les contentieux liés à la validité et à l’exécution des opérations bancaires ou financières en accompagnant et conseillant les clients à tous les stades du litige. Je détiens par ailleurs un savoir-faire en matière de voies d’exécution complexes.
J’interviens également en matière de contentieux commerciaux, de droit des assurances et de la responsabilité.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d’activité ?

Je pense naturellement à la réforme du droit des contrats et des obligations avec l’ordonnance du 10 février 2016 qui a des incidences importantes dans toutes les matières du droit des affaires.

Qui conseillez vous ?

Les établissements financiers, les sociétés, ainsi que des personnes physiques notamment des dirigeants en cas de mise en cause de leur responsabilité.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)