UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Jean-Baptiste Van de Voorde, Associé, Field Fisher Waterhouse

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a rencontré Jean-Baptiste Van de Voorde qui vient d'être nommé Associé du département Corporate - M&A du bureau de Paris du cabinet Field Fisher Waterhouse (FFW).

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Plus d’une dizaine d’années sépare mon entrée dans la vie professionnelle au sein d’une petite structure de niche hyperspécialisée en M&A / Marchés de capitaux de ma promotion au rang d’associé au sein d’un cabinet d’affaires international de plus de 400 avocats qu’est Field Fisher Waterhouse. Ce parcours est marqué par une progression constante dans la nature, toujours plus complexe et internationale, des dossiers traités. J’ai eu, par ailleurs, la chance d’être formé par deux avocats m’ayant appris, pour le premier,  les fondamentaux et les exigences d’une pratique d’excellence du droit des affaires et pour le second, le souci constant de la compréhension des attentes du client en s’efforçant d’y apporter des solutions toujours efficaces et pragmatiques.

Selon vous, qu'est-ce qui a présidé à votre cooptation ?

Les pratiques de promotion interne des associés au sein des cabinets du barreau d’affaires se sont de plus en plus durcies avec les années, notamment en termes de durée. Aujourd’hui, l’association n’est plus garantie et ne peut plus être considérée comme une récompense donnée pour « services rendus ». Je pense, pour ma part, avoir gagné la confiance des associés de Field Fisher Waterhouse, non seulement par ma loyauté envers eux, mais également par mon expertise technique.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Mes domaines d’intervention couvrent le droit des sociétés en général et en particulier les fusions & acquisitions, les opérations de haut de bilan, le private equity et le financement d’acquisition de sociétés (LBO). Notre particularité au sein de Field Fisher Waterhouse est d’avoir la capacité de conseiller nos clients à tous les stades de la vie de la société (constitution, financement, transmission, liquidation), dans leur phase de croissance autant que dans leurs moments plus difficiles (contentieux, conflits d’associés, procédures collectives…).

Quelles sont les actualités marquantes de ces dernières semaines dans vos secteurs d’activité ?

Nous restons encore marqués par les effets de la crise financière, qui se ressentent, en ce qui concerne les opérations de hauts de bilan, par une réduction du deal flow, un allongement des délais de réalisation et une attention particulière de nos clients sur les niveaux de facturation. En contrepartie, on constate que le nombre d’opérations de restructuration n’a cessé d’augmenter, ce qui semble tout à fait logique. La reprise de l’activité de M&A reste, à notre sens, encore timide et fragile.

Qui conseillez-vous ?

Nous conseillons quasi-exclusivement une clientèle nationale et internationale d’entreprises, de fonds d’investissements et de banques pour leurs opérations de M&A, Private-Equity/Venture Capital et financement d’acquisition allant du small au middle size.

Quels sont vos objectifs pour votre département ?

Notre objectif est clairement axé sur un développement raisonné de notre activité, à la fois en termes de croissance du deal flow qu’en termes d’augmentation de notre portefeuille clients. Pour ce faire, dans un marché hyperconcurrentiel, nous n’avons pas d’autre choix que de nous distinguer par rapport aux autres cabinets d’avocats d’affaires, notamment par une assistance sur mesure et pragmatique. Reste ensuite à faire connaître notre différence !