UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Jérôme Brosset, Associé, August Debouzy

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Jérôme Brosset, Associé, August DebouzyLe Monde du Droit a interrogé Jérôme Brosset qui vient de rejoindre August Debouzy en tant qu'associé.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre August Debouzy ?

Après de nombreuses années dans un cabinet de niche, très centré sur le M&A dit « haut de bilan » et le droit boursier, j’ai considéré que ce type de cabinet présentait des limites en termes de développement et d’offre de services aux clients. J’ai donc décidé de rejoindre le cabinet August Debouzy, avec lequel j’avais déjà été amené à travailler à plusieurs reprises. Ce cabinet pluridisciplinaire, composé de personnalités fortes m’a aussi séduit notamment par sa capacité à accompagner ses clients à l’international et sa culture de la relation clientèle très aboutie.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après Sciences Po Paris, j’ai souhaité bifurqué vers des études plus centrées sur le monde de l’entreprise. Je suis donc allé étudier à HEC où j’ai en parallèle entamé des études de droit. A la suite de mon admission au barreau, j’ai rejoint le cabinet Clifford Chance. Souhaitant travailler davantage sur des dossiers de droit boursier, j’ai ensuite intégré le cabinet Veil Armfelt Jourde La Garanderie et en son sein plus particulièrement l’équipe de Henri Brandford Griffith, que j’ai suivi lors de la création de son cabinet dans lequel je suis devenu associé en 2004.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

A la fin de ma scolarité à HEC je n’avais pas une idée précise de la voie que je voulais emprunter. J’hésitais à titre principal entre le conseil en stratégie et le droit des affaires. Il s’est trouvé qu’à cette époque un article assez long est paru concernant le cabinet Gide Loyrette Nouel et plus particulièrement son co-fondateur Jean Loyrette qui incarnait une nouvelle génération d’avocats d’affaires soucieux de proposer une ouverture à l’international à leurs clients. Cet article m’a définitivement fait basculer vers le métier d’avocat. 

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Sur près de 20 ans de vie professionnelle il y a, et c’est heureux, beaucoup de satisfactions d’ordre divers sans que nécessairement l’une supplante toutes les autres. Plus récemment, j’ai eu beaucoup de plaisir à accompagner un client, actionnaire d’une petite société cotée et en conflit avec certains actionnaires, dans l’ensemble des phases d’un dossier protéiforme, y compris devant la Commission des sanctions de l’AMF et devant différents tribunaux de commerce.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Le droit des affaires de façon générale, et plutôt sa branche droit des sociétés pour sociétés cotées ou non. Je suis intervenu sur beaucoup de dossiers de fusions-acquisitions tant pour sociétés cotées que non cotées, rapprochements d’entreprises sur toutes leurs formes y compris offres publiques amicales ou non sollicitées, et parfois dans leurs développements contentieux. A l’occasion de ces dossiers, j’ai aussi développé une expertise en gouvernance d’entreprise et, de manière générale, en réglementation boursière.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Deux affaires récentes m’ont particulièrement marqué : la première concerne le projet d’offre publique d’échange d’Altice visant SFR Group qui n’a pas été déclaré conforme à la réglementation boursière par l’AMF, ce qui est extrêmement rare. La deuxième affaire est celle de la possible manipulation de cours qui a visé Vinci.

Qui conseillez-vous ?

Du fait de ma spécialisation et de mon track record, je conseille de nombreuses sociétés cotées de toutes tailles pour des opérations d’acquisition ou cession, rapprochements, de réglementation boursière… dans le même temps j’ai en portefeuille plusieurs sociétés non cotées que j’accompagne dans le cadre de leurs opérations les plus significatives. 

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

En rejoignant August Debouzy, j’ai pour mission de consolider et renforcer l’expertise de droit boursier pouvant être offerte aux clients du cabinet, et ce en harmonie avec les autres domaines de spécialisation du cabinet.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)