UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Thibaut Cambuzat, Associé, Brandford Griffith & Associés

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Thibaut Cambuzat, Associé, Brandford Griffith & AssociésLe Monde du Droit a interrogé Thibaut Cambuzat qui vient de rejoindre Brandford Griffith & Associés en tant qu'associé.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Brandford Griffith & Associés ?

Le Cabinet Brandford Griffith & Associés est une structure à taille humaine, avec une forte image en droit boursier et un positionnement de conseil à haute valeur ajoutée. Ce sont exactement les qualités que je recherchais pour évoluer dans ce métier.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après une expérience de trois ans en salle des marchés actions au sein d’IXIS Corporate & Invetsment Bank, j’ai débuté ma carrière d’avocat chez Brandford Griffith & Associés en tant que collaborateur, avant de partir en 2007 exercer pendant neuf ans au sein de Clifford Chance où j’ai été nommé Counsel en 2011.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Une carrière est influencée par un ensemble de circonstances. Ce sont des rencontres, des opportunités et des dossiers qui permettent à un avocat de se forger à la fois sa personnalité et ses envies professionnelles. J’ai commencé à exercer en tant qu’avocat au sein de Brandford Griffith & Associés et, après une expérience significative au sein d’une grande structure anglo-saxonne, j’y reviens en qualité d’associé. Ce n’est sans doute pas le fruit du hasard.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Il y en a beaucoup de bons souvenirs ! Le métier d’avocat est exigeant mais exaltant. Récemment, la signature des accords pour la prise de contrôle de GFI Informatique par Mannai Corporation a été un moment de grande satisfaction professionnelle. Ce fut un dossier de longue haleine et technique, avec des négociations passionnantes.

Dans un passé plus lointain, au début de ma carrière d’avocat, l’introduction en bourse de la société Les Nouveaux Constructeurs fut un dossier enrichissant et formateur (je suis intervenu au sein de Brandford Griffith & Associés en qualité de conseil des banques), avec pour l’anecdote un dîner de closing déguisé mémorable.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Le droit boursier et le droit des sociétés. J’interviens essentiellement sur des opérations d’offres publiques, de fusions-acquisitions et de marchés de capitaux (principalement equity). Je conseille également des émetteurs en matière de gouvernance et d’information réglementée.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Sur le plan de l’actualité législative et réglementaire, 2016 fut une année riche. Le nouveau régime Européen des abus de marché, entré en application au début du mois de juillet 2016, ainsi que le nouveau système français de répression de ces abus, qui impose un « aiguillage » entre la voie administrative et la voie pénale, sont des évolutions importantes de notre droit. Par ailleurs, la réforme du droit des obligations, entrée en vigueur au début du mois d’octobre, aura également des répercussions sur les praticiens du M&A. L’actualité économique et politique a aussi été fournie, mais il est difficile d’en cerner toutes les conséquences sur la vie des affaires dans un environnement encore relativement volatile.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille essentiellement des émetteurs, des banques et des fonds d’investissement.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Nous devons continuer d’être un acteur de premier plan sur les opérations complexes, en particulier dans le domaine boursier. Je souhaite également accroitre notre rôle sur les opérations d’equity capital markets pour apporter ma pierre à un édifice déjà très solide. La poursuite du développement du Cabinet se fera avec une approche rationnelle, dans un souci permanent de fournir à nos clients les meilleurs prestations et d’assurer l’épanouissement des membres de l’équipe.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Brandford Griffith & Associés ?

Le Cabinet Brandford Griffith & Associés est une structure à taille humaine, avec une forte image en droit boursier et un positionnement de conseil à haute valeur ajoutée. Ce sont exactement les qualités que je recherchais pour évoluer dans ce métier.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Après une expérience de trois ans en salle des marchés actions au sein d’IXIS Corporate & Invetsment Bank, j’ai débuté ma carrière d’avocat chez Brandford Griffith & Associés en tant que collaborateur, avant de partir en 2007 exercer pendant neuf ans au sein de Clifford Chance où j’ai été nommé Counsel en 2011.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Une carrière est influencée par un ensemble de circonstances. Ce sont des rencontres, des opportunités et des dossiers qui permettent à un avocat de se forger à la fois sa personnalité et ses envies professionnelles. J’ai commencé à exercer en tant qu’avocat au sein de Brandford Griffith & Associés et, après une expérience significative au sein d’une grande structure anglo-saxonne, j’y reviens en qualité d’associé. Ce n’est sans doute pas le fruit du hasard.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Il y en a beaucoup de bons souvenirs ! Le métier d’avocat est exigeant mais exaltant. Récemment, la signature des accords pour la prise de contrôle de GFI Informatique par Mannai Corporation a été un moment de grande satisfaction professionnelle. Ce fut un dossier de longue haleine et technique, avec des négociations passionnantes.

Dans un passé plus lointain, au début de ma carrière d’avocat, l’introduction en bourse de la société Les Nouveaux Constructeurs fut un dossier enrichissant et formateur (je suis intervenu au sein de Brandford Griffith & Associés en qualité de conseil des banques), avec pour l’anecdote un dîner de closing déguisé mémorable.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Le droit boursier et le droit des sociétés. J’interviens essentiellement sur des opérations d’offres publiques, de fusions-acquisitions et de marchés de capitaux (principalement equity). Je conseille également des émetteurs en matière de gouvernance et d’information réglementée.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Sur le plan de l’actualité législative et réglementaire, 2016 fut une année riche. Le nouveau régime Européen des abus de marché, entré en application au début du mois de juillet 2016, ainsi que le nouveau système français de répression de ces abus, qui impose un « aiguillage » entre la voie administrative et la voie pénale, sont des évolutions importantes de notre droit. Par ailleurs, la réforme du droit des obligations, entrée en vigueur au début du mois d’octobre, aura également des répercussions sur les praticiens du M&A. L’actualité économique et politique a aussi été fournie, mais il est difficile d’en cerner toutes les conséquences sur la vie des affaires dans un environnement encore relativement volatile.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille essentiellement des émetteurs, des banques et des fonds d’investissement.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Nous devons continuer d’être un acteur de premier plan sur les opérations complexes, en particulier dans le domaine boursier. Je souhaite également accroitre notre rôle sur les opérations d’equity capital markets pour apporter ma pierre à un édifice déjà très solide. La poursuite du développement du Cabinet se fera avec une approche rationnelle, dans un souci permanent de fournir à nos clients les meilleurs prestations et d’assurer l’épanouissement des membres de l’équipe.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)