Hélène Fontaine : « La réforme des retraites est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de l’indifférence du gouvernement à notre égard et de notre exaspération »

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Hélène Fontaine, présidente de la Conférence des bâtonniers, a rappelé lors de l'Assemblée générale statutaire de la Conférence des bâtonniers du 31 janvier 2020 les inquiétudes des avocats et la détermination des bâtonniers à se faire entendre.  

A l'occasion de l'Assemblée générale statutaire qui s'est déroulée aujourd'hui, en l'absence de la garde des Sceaux Nicole Belloubet dont la présence n’était pas souhaitée - mais en présence de son directeur de cabinet -, Hélène Fontaine, présidente de la Conférence des bâtonniers a rappelé dans son discours les inquiétudes des avocats depuis deux ans : la réforme et programmation de la justice, la modification de la procédure civile et du divorce, la réforme de l’ordonnance de 1945 par voie d’ordonnance, la réforme du régime des peines, la mise en cause du secret professionnel, la problématique de la carte judiciaire, l’aide juridictionnelle et la réforme des retraites.

La profession a de nouveau affiché son unité lorsque la présidente de la Conférence des bâtonniers Hélène Fontaine a invité la présidente du Conseil national des barreaux (CNB), Christiane Féral-Schuhl, Olivier Cousi bâtonnier de Paris et Nathalie Roret vice-bâtonnier, à la rejoindre à la tribune.

Hélène Fontaine a également souligné la modernité des avocats et reproché à la ministre de ne pas protéger la profession : « A chaque nouvelle loi, chaque nouveau décret, vous rendez notre exercice plus difficile. Vous exigez toujours plus de nous, sans réciprocité. Nous avons même le sentiment que la suspicion, parfois, dicte ces réformes, réformes qui n’améliorent ni l’efficacité, ni la célérité de la justice. A moins, Madame la Ministre, avec tout le respect que la Conférence des Bâtonniers doit à votre fonction, que cela ne constitue une volonté affichée de restreindre le recours à la Justice.»

En ce qui concerne la loi de programmation et de réforme pour la justice, elle « annonçait des lendemains funestes » selon la présidente de la Conférence des bâtonniers.

Sur la réforme de la procédure civile, elle a regretté que pour la majorité des dispositions, ces décrets soient entrés en vigueur le 1er janvier 2020 et s’appliquent aux procédures en cours.  « Comment assurer aux justiciables une sécurité juridique ? Quel mépris pour les avocats a pu ainsi animer les services de la chancellerie ?»

 « Une mobilisation historique, sans précédent »

Pour la présidente, les avocats sont inquiets et « craignent pour la survie de leurs cabinets et des 55000 emplois qu’ils induisent.»
« Vous ne pouvez pas ignorer un tel mouvement, une mobilisation aussi importante. »
a-t-elle lancé.
Elle a ensuite qualifié la mobilisation d'« historique, sans précédent.»
Selon elle, la réforme va créer des déserts judiciaires :  « La réforme des retraites est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de l’indifférence du gouvernement à notre égard et de notre exaspération. Cette réforme va créer des déserts judiciaires par la fermeture des cabinets qui ne pourront assumer cette nouvelle charge. C’est ainsi la moitié de ces structures qui pourraient disparaître ».
Hélène Fontaine a conclu son discours en expliquant la colère des avocats : « Si les avocats ont retiré leur robe, c’est parce qu’ils sont désespérés, convaincus de ne plus être entendus et considérés. Mais les bâtonniers veulent être entendus et ils continueront à se faire entendre. Ils sont debout avec leurs Ordres. Ils sont en colère comme tous les avocats de France, ils se sentent méprisés, spoliés, voient la Justice se précariser et les droits des plus démunis bafoués ».

Arnaud Dumourier (@adumourier)

Voir aussi :

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.