UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Patronymes racistes en Outre-mer : pas de procédure spéciale de changement de nom

Personnes
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le ministère de la Justice rappelle la procédure de changement de nom qui s’applique également en cas de patronymes racistes.

Le 6 décembre 2018, la sénatrice Laurence Cohen interroge la ministre des Outre-mer sur la procédure de changement de nom pour les descendants d’esclaves aux patronymes injurieux aux Antilles, à la Réunion et à l’Île Maurice. En 1848, au moment de l’abolition de l’esclavage, les officiers de l'état civil français remplacent les matricules de plus de 170.000 esclaves par des patronymes souvent dégradants tels "Trouabal", "Crétinoir", "Gros-Désirs", "Satan", "Bonnarien", "Macaque". Aujourd’hui, ces noms sont encore portés par nombre de leurs descendants. La sénatrice souhaite que l’Etat reconnaisse officiellement sa faute et permette des réparations, des facilités (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne