UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

La responsabilité civile du pharmacien d'officine à raison d'un suicide médicamenteux

Personnes
Outils
TAILLE DU TEXTE

Une jeune femme décède en 2003 après avoir absorbé différents médicaments. Il résulte de l'enquête que la jeune femme était traitée pour une dépression depuis 2002 par des antidépresseurs. Il s'avère que la jeune femme a falsifié sa dernière ordonnance rédigée par son psychiatre lui ayant renouvelé son traitement antidépresseur, en y ajoutant les mentions de prescription d'un autre médicament que ceux prescrit habituellement. En juillet 2003, elle s'est fait délivrer ces médicaments avec l'ordonnance falsifiée dans une pharmacie, deux jours avant son suicide par absorption médicamenteuse. La mère de la défunte est déboutée de sa demande en responsabilité civile du pharmacien par un jugement du 9 juillet 2007 du tribunal de grande instance de Paris. Ce jugement a été infirmé par la cour (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne