UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Sauf intention malveillante, la demande d'expertise biologique n'est pas un abus de droit

Famille
Outils
TAILLE DU TEXTE

Dans un arrêt en date du 25 septembre 2008, la cour d’appel de Paris a estimé que le fait de saisir le juge d’une demande d’expertise biologique, même huit ans après la naissance de l’enfant, constitue un droit qui ne peut dégénérer en abus sauf s’il est établi que l’action ait été introduite dans une intention malveillante ou par erreur équipollente au dol. La cour d’appel retient également que rien ne permettait d’affirmer en l’espèce, que les troubles psychologiques dont l’enfant a été atteint et qui ont nécessité un contrat d’aide éducative sont liés à l’expertise qui a conclu à la réalité biologique du lien de filiation, et non aux dissensions existant entre les parents. Ainsi, la cour d’appel considère que le lien de causalité entre l’expertise et le préjudice (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne