UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

La direction juridique et le courtier d’assurance : une collaboration « pour le meilleur et pour le risque »

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

aroline Lé, Directrice juridique et assurances de BOURBONComme dans le processus de leur sélection, la collaboration avec un courtier d’assurance ne diffère guère de celle avec un cabinet d’avocats. La direction juridique définit les axes de la stratégie juridique ou assurantielle, et l’avocat ou le courtier l’assistent pour la mettre en œuvre.

Lorsque je pris mes fonctions de directeur juridique chez BOURBON en 2006, la fonction « assurances » faisait partie intégrante du poste.

Je découvris la complexité des assurances maritimes  à l’occasion d’un sinistre survenu en 2007, lors du naufrage d’un de nos navires au large du Congo, où les différents assureurs concernés  se renvoyèrent  longtemps la balle avant de prendre en charge les frais de retirement du navire.

Tirant la leçon de ces difficultés, et désireuse de trouver à BOURBON un partenaire capable d’accompagner sa croissance,   je lançai fin 2007 un appel d’offres de courtiers, avec  plusieurs critères de sélection des candidats : une connaissance approfondie  du secteur maritime et des marchés internationaux, la capacité à jouer un véritable rôle de conseil, à faire réaliser à BOURBON des économies,  et la transparence de la rémunération.

Une huitaine de candidats répondirent et trois d’entre eux furent invités à venir présenter leur offre à un jury composé du Directeur Général Délégué, d’une juriste spécialisée en assurances et de moi-même.

Marsh fut retenu comme remplissant le mieux le cahier des charges défini par BOURBON.

Dans les années qui suivirent, nous élaborâmes ensemble une stratégie fondée sur la diversification  à l’international  de nos assureurs,  l’exhaustivité et la qualité des couvertures ainsi que la compétitivité des niveaux de  primes.

Marsh m’apprit à « promouvoir le risque BOURBON », grâce à des « road shows » réalisés pour nos assureurs, auxquels participèrent, à ma demande, le directeur des constructions neuves ou le directeur de la sécurité de BOURBON.

C’est au contact de Marsh que je conçus l’idée de développer le « risk management » appliqué au conseil juridique, en en faisant un outil d’aide à la décision des opérationnels ou des dirigeants de l’entreprise.

Conclusion

Comme dans le processus de leur sélection, la collaboration avec un courtier d’assurance ne diffère guère de celle avec un cabinet d’avocats. La direction juridique définit les axes de la stratégie juridique ou assurantielle, et l’avocat ou le courtier l’assistent pour la mettre en œuvre. Cette similarité de collaboration constitue l’un des points communs à ces deux types de stratégies, l’autre étant qu’elles participent toutes deux  d’une stratégie globale de « risk management » visant à traiter tantôt le risque juridique, tantôt  le risque opérationnel.

Caroline Lé, Directeur juridique BOURBON

Caroline Lé est directeur juridique et assurances de BOURBON – Compagnie maritime de services à l’Offshore – depuis 2006. Après avoir démarré sa carrière en cabinet d’avocats à Paris, elle a été successivement responsable et directeur juridique de grandes entreprises françaises :  SODEXO, Otis, Ciments Français et Valeo, avant de rejoindre BOURBON.
Elle est titulaire d’un DESS de droit des affaires internationales et d’un « Maritime Executive MBA ».
Signe distinctif : fervente adepte de l’approche « risk management » appliquée au conseil juridique. 

A propos

jem12Cet article provient du numéro 12 de Juriste Entreprise Magazine (JEM), magazine de l'Association Française des Juristes d'Entreprise (AFJE) dont le dossier spécial est consacré à la 42 ème assemblée générale de l'AFJE.

TÉLÉCHARGER LE MAGAZINE AU FORMAT PDF

AFJE