UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Le Barreau de Paris et la Law Society : une entente cordiale

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Alain-Christian Monkam, Barreau de Paris, Responsable de la commission Franco-Britannique "Paris-Londres"Depuis quelques années, le Barreau de Paris s’organise afin de favoriser l’internationalisation de ses avocats. Alain-Christian Monkam, responsable de la commission Franco-Britannique "Paris-Londres", nous éclaire sur le phénomène de rapprochement entre avocats français et avocats britanniques.

Cette internationalisation rassemble plusieurs outils : la formation à Paris des avocats, la création d’un annuaire international sur le site internet du Barreau de Paris (www.avocatparis.org), l’assistance pour des stages à l’étranger ou bien pour l’acquisition d’une expérience académique ou professionnelle. L’internationalisation vise aussi l’amélioration des échanges du Barreau de Paris avec les autres Barreaux de l’Europe et du Monde.

S’agissant précisément du Royaume-Uni, Madame le Bâtonnier Christiane Féral-Schuhl a mis en place, le 1er janvier 2012, une commission ouverte chargée d’une quintuple mission :

- l’information des avocats sur les travaux de la commission elle-même (une page personnelle sera crée sur le site du Barreau de Paris) ;

- la formation des avocats au moyen de séminaires ;

- une alerte juridique sur les principaux textes impactant la profession ;

- l’ouverture à la société juridique, judiciaire et civile par des évènements multiples ;

- la conversion en langue anglaise des pages essentielles du site internet du Barreau de Paris ainsi que du Code de déontologie.

C’est à ce titre que j’ai accepté la proposition de Madame le Bâtonnier de coordonner les travaux de cette commission franco-britannique dite "Paris-Londres" (d’autres commissions ont également été crées : Paris-Québec, Paris-New-York, Paris-Chine).

Pourquoi ai-je accepté ? Tout d’abord, j’ai une dette envers le Barreau de Paris. Je suis avocat spécialiste de droit social au Barreau de Paris depuis 10 ans. En 2009, j’ai cependant bénéficié d’une bourse du Barreau de Paris afin d’effectuer un LL.M. (master) en droit du travail anglais à l’University of East Anglia, à l’extrême est de l’Angleterre. La même année, j’ai eu la chance de passer et de réussir l’examen de Solicitor de sortes que je suis aujourd’hui le premier Solicitor Français exerçant au Royaume-Uni et spécialisé en droit du travail anglais et français (www.monkam-solicitors.co.uk). De grandes opportunités, peu probables sur le marché parisien, s’ouvrent ainsi pour moi à Londres.
Toutefois, il était naturel que je tente de restituer au Barreau de Paris ainsi qu’à mes confrères les opportunités de découvrir ce marché nouveau.

Comment ai-je rencontré Madame Christiane Féral-Schuhl ? J’avais organisé en mars 2011 un cocktail afin de rencontrer les avocats du Barreau de Paris qui étaient, comme moi, Solicitors. Il y’avait là des français et des anglais installés à Paris. J’avais invité Madame Christiane Féral-Schuhl qui était alors Dauphine en préparation de son Bâtonnat.

Pourquoi une commission Paris-Londres ? Avant d’être Bâtonnier, Madame Christiane Féral-Schuhl a notamment dirigé la commission ouverte du Barreau de Paris "Pratique à l’international". En raison de son histoire personnelle, de son expérience professionnelle et de son intuition, Madame Christiane Féral-Schuhl a compris que le Barreau de Paris doit être ouvert sur l’international et être un acteur majeur sur la scène mondiale.

Concernant le Barreau d’Angleterre, la Law Society d’England & Wales (qui couvre l’Angleterre- England et le Pays de Galles-Wales) démontre un dynamisme exceptionnel :

- en 2011, la Law Society comportait 117.862 solicitors en exercice (155.128 solicitors inscrits) - ce chiffre a triplé depuis 1980 et a encore accru en 2012 !

- il comprend 10.413 cabinets de solicitors

- il génère 23 milliards de pounds de chiffre d’affaires (26 milliards d’euros !)

- il représente près de 2 % du PNB du Royaume-Uni.

Les 25.000 avocats du Barreau de Paris ont tout intérêt à s’inspirer de l’exemple anglais afin de relever la compétition. Nous comptons à ce jour à peine 10 cabinets français installés à Londres !

Par ailleurs, l’installation des cabinets anglais à Paris a exercé une influence considérable sur les méthodes de travail des cabinets français en termes d’organisation interne, de marketing et de facturation.

Toutes ces raisons font qu’une commission "Paris-Londres" afin de développer mieux encore les relations et les échanges entre le Barreau de Paris et la Law Society est plus que nécessaire.

La commission, qui comprend des cabinets français et anglais, vient juste de remettre sa feuille de route à Madame le Bâtonnier suivant les principes directeurs qu’elle avait fixés en janvier 2012. Il nous reste maintenant à faire mettre en œuvre notre plan d’actions, ce qui est une entreprise incroyablement excitante !

J’invite avocats, étudiants et entreprises à se connecter régulièrement sur le site du Barreau de Paris afin de suivre notre actualité et nos travaux (www.avocatparis.org).

 

Alain-Christian Monkam
Responsable de la commission Franco-Britannique "Paris-Londres"