UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Signature du contrat de concession du projet de centrale biomasse Biovéa de 46 MW

Deals
Outils
TAILLE DU TEXTE

En décembre 2019, Biovéa Energie SA et le Gouvernement de Côte d'Ivoire ont signé un contrat de concession d’une durée de 25 ans pour la conception, la construction, le financement, l'exploitation et le transfert du projet Biovéa, une centrale biomasse de 46 MW, à Ayebo.

Ce projet, dont le coût total devrait s’élever 200 millions d’euros, est le premier projet de centrale biomasse du pays et la plus grande installation de ce type en Afrique. Les travaux de construction devraient débuter au début du deuxième semestre 2020 ; la mise en service de la centrale étant prévue quant à elle dans le courant du deuxième semestre 2023.

Le projet sera développé et exploité par Une société de projet à finalité spécifique, Biovéa Energie SA, détenue par EDF (40 %), Meridiam (36 %) et Biokala SA (24 %). Il prévoit la construction de la centrale électrique et des lignes de transport associées ainsi que des infrastructures de connexion au réseau.

ASAFO & Co. a conseillé les sponsors et Biovéa Energie SA. L’équipe - dirigée par Pascal AGBOYIBOR, Simon RATLEDGE (Associés), à Paris et Didier BOUA DOUX (Of Counsel), à Abidjan - était composée de Jamal FOFANA (Collaborateur Senior), Zahara AW (Collaboratrice) et Tidiane CAMARA (Collaborateur), basés à Abidjan.

L’Etat de Côte d'Ivoire et l'entité publique CI-Energies ont été conseillés par Hughes Hubbard Reed LLP, à Paris (Sena AGBAYISSAH, Associé, assisté de Rhidian DAVID, Counsel). Les prêteurs potentiels ont été conseillés par Linklaters LLP, à Paris (Bertrand ANDRIANI, Associé).

Pascal AGBOYIBOR, Managing Partner : « Nous sommes ravis de voir ce projet IPP se concrétiser. Cette technologie innovante augmentera non seulement la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique en Côte d'Ivoire, mais favorisera également le développement de l'agro-industrie locale par l’utilisation les sous-produits de l'industrie de l'huile de palme comme matière première ».